• Visite Classe 1900 - St-Girons
  • Visite Église Luzenac de Moulis
  • Visite chez les artistes - St-Girons
  • Marbre d'Aubert
  • Visite des savoir-faire
   
   

Borde BethmaleLa borde, ou grange étable, constitue l’élément fondamental des paysages couserannais. Dans la vallée de Bethmale, on pouvait en dénombrer 2 000 soit plus de 10 000 pour le Couserans !
Les paysans ont fait le choix de déplacer les bêtes plutôt que de déplacer le foin.

 

Les bordes ont 2 niveaux : l’étable et le fenil (ou clède), elles sont associées aux prés de fauche et sont en haut de celui-ci (on remontait le foin dans le fenil).
Bordes et prés de fauche présentaient un très grand intérêt en cette terre d’élevage.. Elles sont de petites tailles, soit environ 20 m2 au sol et 20 m3 pour le fenil. Certains la surnommait la “borde une vache”...car elle ne pouvait nourrir qu’une vache durant l’hiver.
Dans la Bigorre et le Béarn, les bordes sont beaucoup plus grandes. Dans les endroits pentus le foin était attaché par des cordes ou mis dans des toiles et transporté vers le fenil, de ces bottes sortaient parfois un lézard ou un orvet voire une vipère.
S'il manquait de place, la récolte était stockée dans le pré sous forme de meules. Les frênes marquent souvent les environs des bordes ainsi que les chemins y menant. Certaines bordes disposaient d’un coin près de la cheminée en guise d’habitat.
Nous pouvons imaginer les interminables chemins enneigés pour aller nourrir les bêtes.
Certaines bordes (en particulier vers Comminac) ont le toit en escalier ou pas d’oiseaux..
On emploie moins souvent le terme pénaous comme dans le reste de la gascogne.


Serge Martin

Diaporama :