• Visite Classe 1900 - St-Girons
  • Visite Église Luzenac de Moulis
  • Visite chez les artistes - St-Girons
  • Marbre d'Aubert
  • Visite des savoir-faire
   
   

Église St-Pierre de MontgauchÉtymologie : « Montgauch » est la forme gasconne de « Montjoie » (dernière colline du pèlerinage) et témoigne du passage d’un des chemins de St-Jacques, en l’occurrence celui qui reliait St Lizier à St Bertrand de Comminges. Au lieu-dit l’Evêché, ont été relevés des restes de constructions romaines.
L'église romane Saint-Pierre fut bâtie au XIe siècle sur un plan simple. Elle a été surélevée plus tard jusqu’à son niveau actuel.

 

C’est une église à trois nefs ter- minées en abside et absidioles rondes. 
La corniche extérieure inspirée des bandes lombardes est agrémentée de modillons sculptés dont certains représentent des faces animalières.

A l’intérieur de belles fresques ornent les murs de l’abside représentant les cycles de la passion et de la Résurrection. Dans le chœur est peinte une scène du Jugement Dernier, de couleurs sombres et vives dans la tradition méridionale.
Le confessionnal date du XVIIIe. L'autel est en marbre de Cazavet.

L’abside en belle pierre de grès est décorée d’une arcature à bandes lombardes garnies de têtes et percées de trois fenêtres en plein cintre simplement décorées d’un bandeau entourant l’archivolte nu. Les absidioles ne sont pas ornementées. L’abside est couverte en cul-de-four et la nef est voûtée en berceau sur doubleaux retombant par des dosserets sur des piliers carrés. Des peintures recouvrent le cul-de four où le Christ en majesté est entouré de saints avec deux archanges.

L’église a une porte sur la façade que surmonte, au-dessus du pignon, un petit clocher-arcade. Le portail de pierre est un arc brisé et présente quelques arcs moulurés et une archivolte ornée de têtes et d’écus avec des croix à six branches et des fleurs de lys. Cette décoration et les arcs font de cette porte une oeuvre tardive.

La partie inférieure de l’abside présente une crucifixion, avec le Christ étendu sur une croix pattée, entouré de soldats. Le soleil et la lune sont portés par des anges en vol. De chaque côté, la Vierge et Saint Jean prient et un bourreau courroucé élève un fouet. A droite de Saint Jean trois autres soldats dorment. Ces reproductions de thèmes apocalyptiques mêlés à des scènes anecdotiques suggèrent une datation du XIII° siècle. 

A la dernière travée de la nef le décor représente des damnés et les Pères de l’Église portant les élus, ce qui suppose un Jugement dernier, difficilement visible.

Classée monument historique en 1962. Il existe aussi sur la commune un château privé remanié. Sources Histariège